L'étude SU.VI.MAX

Qu'est-ce que l'étude SU.VI.MAX ?

L'histoire de SU.VI.MAX

SU.VI.MAX (SUpplémentation en VItamines et Minéraux Anti-oXydants) est une grande étude épidémiologique en nutrition qui a débuté en 1994, sous la coordination du Pr. Serge Hercberg, dont les deux objectifs principaux étaient de :

  • préciser les relations existant entre l'alimentation, la santé et les grands problèmes de santé publique rencontrés en France,
  • tester l'efficacité d'une intervention nutritionnelle (apport supplémentaire de vitamines et minéraux antioxydants à doses nutritionnelles) sur la prévention de la mortalité et des grandes maladies (cancers, maladies cardio-vasculaires, cataracte, infections, morbidité ressentie). Les nutriments étudiés étaient les vitamines E, C et le ß-carotène, le zinc et le sélénium).

Une cohorte de 13 017 hommes et femmes de 35 à 60 ans a été constituée afin de s'approcher le plus possible de la composition de la population française pour les classes d'âge concernées.

Pendant 8 ans, la moitié des sujets ont absorbé quotidiennement des capsules de vitamines et de minéraux à doses nutritionnelles, l'autre moitié recevant des capsules d'aspect identique mais contenant un placebo (molécule sans effet pharmacologique sur l'organisme). S'agissant d'une étude d'intervention randomisée contrôlée, ni les sujets ni les expérimentateurs n'étaient au courant de ce que contenait la capsule qui leur était donnée (principe du double aveugle).

L'ensemble des sujets a été suivi de 1994 à 2002 sur le plan santé et alimentaire :

  • une surveillance télématique par l'intermédiaire du minitel (une première mondiale !) où il était possible de remplir chaque mois un questionnaire santé (maladies, traitement, régime, problèmes de santé,…) et tous les deux mois un questionnaire alimentaire (enregistrement de l'alimentation des 24 heures),
  • un bilan médical complet (électrocardiogramme, tension artérielle, mammographie, prélèvement sanguin,…) réalisé tous les ans dans les unités mobiles SU.VI.MAX qui se déplaçaient dans les 65 villes étapes ou dans les centres fixes d'examens de santé.

En 2003, les résultats de l'essai d'intervention ont été publiés.
Un suivi observationnel des Suvimaxiens a été assuré de 2003 à 2007 au travers de questionnaires et un nouveau bilan clinico-biologique incluant un bilan des performances cognitives a été réalisé en 2007 (étude SU.VI.MAX2)

De SU.VI.MAX à NutriNet-Santé

L'évolution des techniques de communication du début du XXIe siècle, avec la démocratisation d'Internet et la disparition du minitel d'une part et les politiques nutritionnelles de santé publique d'autre part ont amené logiquement l'équipe du Pr. Serge Hercberg à développer une étude de grande envergure en nutrition afin d'identifier le rôle spécifique des facteurs de risque ou de protection liés à la nutrition pour les maladies qui sont devenues aujourd’hui des problèmes majeurs de santé publique (cancers, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète de type 2, dyslipidémies, hypertension artérielle…). Afin d'obtenir des résultats avec une forte puissance statistique, il était nécessaire de mettre en place une étude de cohorte (groupe de sujets suivis pendant plusieurs années) prospective (avant l'apparition de la maladie, à l'inverse d'une étude rétrospective) réalisée sur une large population. En 2009, NutriNet-Santé était née.